La Salamandre tachetée

La salamandre tachetée (Salamandra salamandra) est une espèce d'urodèles de la famille des salamandridae. En français elle est nommée également salamandre de feu. La salamandre tachetée fût l’emblème de François 1er, les croyances antérieures indiquaient que cet animal pouvait traverser le feu, sans se brûler. Contrairement aux grenouilles et crapauds, la salamandre possède une queue. La salamandre tachetée a une robe très contrastée, elle est habillée d’un fond noir parsemé de taches jaunes vives, ses pattes ne sont pas palmées. Sa taille maximale peut atteindre 23 à 25 centimètres et une masse corporelle d'environ 40 grammes. Les salamandres tachetées subissent des mues successives à intervalles réguliers, notamment au cours de leur croissance. Salamandra salamandra, comme les autres membres de la famille des Salamandridae, n’émettent aucuns sons vocaux. Les salamandres tachetées adultes s’orientent très bien visuellement et ont l’étonnante capacité à retrouver leurs différents lieux de vie (lieu d'hibernation, de reproduction, d'alimentation). En milieu naturel, une espérance de vie supérieure à 20 ans a été scientifiquement attestée. La reproduction de la salamandre tachetée est un cas particulier parmi les amphibiens autochtones d'Europe Centrale. Alors que la plupart des amphibiens se rendent dans des étangs et des mares au printemps afin de s'accoupler et d'y déposer leurs œufs, les salamandres tachetées s'accouplent exclusivement hors de l'eau. La période d'accouplement dure d'avril à septembre avec un pic d'activité en juillet. La femelle ne se rend jusqu'à une zone d'eau qu'à la fin de la période embryonnaire, au printemps, afin de déposer les larves. Les salamandres adultes se nourrissent dans une large mesure d'organismes invertébrés comme des cloportes, par exemple Porcellio scaber, de petits coléoptères tendres ainsi que de petits spécimens de limaces (Arion sylvaticus, A. subfuscus, A. rufus). La salamandre tachetée reste habituellement cachée dans la journée dans des cavités humides, sous des pierres ou des écorces, ou dans des troncs d'arbres pourris. Elle peut exceptionnellement se montrer la journée après de bonnes averses. Parmi les amphibiens, cette espèce est la plus proche des milieux forestiers. Elle préfère les boisements mixtes, s'ils présentent une certaine humidité au sol.